Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lecture(S)... Camus, Du refus au consentement

Publié le par RMAC

Lecture(S)...  Camus, Du refus au consentement

Voir les commentaires

Lecture(S)... ABéCédaire

Publié le par RMAC

Lecture(S)... ABéCédaire

Voir les commentaires

Ils auraient eu 100 ans en 2020

Publié le par RMAC

Ils auraient eu 100 ans en 2020

Par Michèle Stubbe-Robinet

Ils auraient eu 100 ans en 2020
Ils auraient eu 100 ans en 2020
Ils auraient eu 100 ans en 2020
Ils auraient eu 100 ans en 2020

Voir les commentaires

Lecture(S)... Camus, des pays de liberté...

Publié le par RMAC

Lecture(S)... Camus, des pays de liberté...

Voir les commentaires

La douceur en partage

Publié le par RMAC

La douceur en partage

XXXVIIes Journées de Lourmarin - 16/17 octobre 2020

J’ai vécu aujourd’hui la minute du pouvoir et de l’invulnérabilité absolus. J’étais une ruche qui s’envolait aux sources de l’altitude avec tout son miel et toutes ses abeilles. Les Feuillets d'Hypnos - René Char

 

Nous avons tous en mémoire notre questionnement sur la tenue des Rencontres des 16 et 17 octobre, fallait-il les organiser compte tenu des conditions sanitaires, comment surmonter la peur, le public serait-il au rendez-vous...? La salle était pleine... malgré la limite à 55 personnes.

Et il y eut la voix de Françoise Kleltz-Drapeau qui, je le crois, emporta l’adhésion. Les conférenciers prévus pour l’occasion avaient été prévenus depuis plusieurs semaines qu’ils ne pourraient pas assurer leur communication. Alors l’équipe des Rencontres se porta volontaire, et chacune et chacun à sa façon, se jeta dans la bataille.

Je ne peux relater ici tout ce qui nous a uni dans ces moments, je voudrais simplement vous faire partager ces instants intenses, les larmes dans les yeux du public aussi.

Nicole, la petite reine de l’organisation de cette ruche, dont l’enthousiasme et l’investissement ne sont plus à démontrer. Jacqueline, combien affairée à la diffusion des revues et aux abonnements.

Andrée, en témoignage d’affection à notre ami Jean Daniel ; en compagnie de Christian pour un passionnant voyage à travers les arcanes de la police à la poursuite du résistant.Chérif, le gardien de la mémoire algérienne ; le bonheur de Jean-Pierre Bénisti, donnant un étourdissant ballet de peintres et de sculpteurs, amis d’Albert Camus.

Florian, jeune diamant, d’une disponibilité totale, un jeune camusien comme on les aime et Michèle grande passeuse, qui nous firent les témoins de toutes leurs actions, auprès des jeunes et des plus démunis notamment.

Anne-Lise avec qui nous avons chevauché à bride abattue des paysages d’Albert Camus à ceux de sa Camargue.

Franck, tel un minotaure qui enfonce ses quatre pattes dans le sable de l’arène, Franck encore lors de cette soirée mémorable où il évoqua son enfance, René Char...

Jean-Louis, enfin, un vrai chercheur, d’une rigueur scientifique absolue, bibliophile, à qui nous devons un immense merci. Son émotion, lors de la clôture de ces journées, quand il évoqua toutes celles et ceux à qui nous n’avons pu tenir la main pour le dernier départ tout au long des mois écoulés.

Nos échanges du petit matin avec ces deux formidables médecins, Françoise et François.

Fairouz Nouari qui transporta la salle par sa communication sur les pas de sa grand-mère.

Messaoud Gadi, descendant de harki, qui fait de ses barbelés sa force. Il s’avança vers la tombe d’Albert Camus, « C’est là? » demanda -t-il à la vue de tous les stylos laissés en hommage, avant de se recueillir. Et l’on nous laissa accéder in extremis à l’exposition de photos au Château de Lourmarin, sinon Messaoud ne l’aurait pas vue, les journées ont comme toujours un emploi du temps très chargé ! Celui-ci écrit actuellement son troisième recueil de poèmes.

Et enfin cette irrésistible comédienne, Sabine Tamisier, ce sourire et cette voix qui ont porté la parole d’Albert Camus au bout de l’émotion.

« Il faut relancer de la douceur dans ce pays », ainsi s’exprimait sur les ondes Patrick Pelloux en ce mois de novembre 2020. Ces 16 et 17 octobre, la douceur était indéniablement au rendez-vous.

Et le public nous en exprima une infinie reconnaissance. Sans oublier tous les Lourmarinoises et Lourmarinois qui nous ont accompagnés et sans qui les Rencontres n’existeraient pas.

Alberte ASTAUD

 

La douceur en partage
La douceur en partage
La douceur en partage
La douceur en partage

Voir les commentaires

1 2 > >>