Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Correspondance...

Publié le par MSR

Lecture Juillet 2017

Albert CAMUS - Roger MARTIN du GARD, Correspondances 1944-1958, Gallimard.

 

Quand Roger Martin du Gard adresse la première missive à Albert Camus, le 4 décembre 1944, en tant que lecteur de
« Combat », il est âgé de 63 ans, Camus est trentenaire, trente- deux ans les séparent et cet écart d'âge se révélera être un atout. 
Durant quatorze ans, Ils vont partager une amitié sans faille, pétrie de respect, d'écoute et de compréhension réciproques, d'attention, d'estime, de tendresse (1) et d'affection.
Chacun apprécie chez l'autre les qualités morales de l'homme, les mêmes, d'ailleurs, dont l'un et l'autre sont dotés, mais aussi les valeurs intellectuelles et esthétiques liées à l'œuvre littéraire. 
J'ai aimé partagé leur correspondance composée de lettres, de cartes postales (2), de télégrammes (45 de RMG- dont une adressée à Francine Camus - , 24 de la part de Camus ) où l'on ressent vraiment la confiance, le vrai partage, la complicité qui s'exprime souvent avec un humour pétillant , des missives qui mettent en exergue la cohérence de leurs œuvres.
Une correspondance qu'on peut estimer, peut-être, un peu parcimonieuse, mais il faut savoir que ces deux- là, se rencontraient souvent quand tous deux séjournaient à Paris et qu'ils ne se privaient pas d'échanger, aussi, par téléphone.
Claude Sicard qui présente admirablement cette correspondance précise que : « eu égard au faible nombre de documents, j'ai souhaité apporté autour d'eux, en notes et en annexes, le maximum d'éclaircissements et de compléments. Puisse le lecteur se convaincre ainsi de la richesse de cette amitié, et, plus encore, de sa qualité, plus rare qu'on ne croit, (…) si peu sensibles à la gloire, si allergiques à la notion de réussite, mais passionnément épris de justice et de dignité ». On ne peut que se réjouir de cette initiative et apprécier ces compléments d'informations qui contribuent à enrichir cette lecture.
(1) « Martin du Gard est le plus humain c'est-à-dire le plus digne de tendresse des hommes » confie Camus à son carnet en 1951) « Un homme qu'il aimait tendrement écrit-il encore quand il apprend son décès.
(2) Une de ces carte-postale adressée à RMG (c'est ainsi qu'il signait, certaines fois) a été expédiée par Camus depuis Délos, avec probablement un superbe timbre coloré, Martin du Gard devait, peut- être, être un philatéliste ou en connaitre un car l'emplacement du timbre a été découpé, petite précision anodine, certes, mais qui rend réaliste ces échanges !

 

Michèle STUBBE-ROBINET

 

 

 

Les RMAC remercient MSR pour cet article, lien notable avec l'exposition d'été 2017 : Albert Camus et ses correspondants.

Correspondance...

Voir les commentaires

AOUT

Publié le par RMAC

AOUT

"Je goûtais le silence revenu, la douceur du soir, Paris vide. J'étais content."

 

La Chute, Ed.Gallimard, 1956.

Photo O.Gazzano - PhotosGz.fr 

Voir les commentaires

JUILLET

Publié le par RMAC

Ce jour-là, je reconnus le monde pour ce qu’il était, je décidai d’accepter que son bien fût en même temps malfaisant et salutaires ses forfaits. Ce jou

r-là, je compris qu’il y avait deux vérités dont l’une ne devait jamais être dite.

 

La mer au plus près, L’Eté, Ed.Gallimard, 1954.

 

Photo de Mehdi Bouchali

Voir les commentaires